Anamor

Quand les brochets font courir les carpes

Critique de l'œuvre

C'est l'histoire d'un professeur de collège, Olivier Spontini, et de Claire Brégançon, femme fraichement nommée secrétaire d'Etat. Après l'avoir aperçue dans les jardins du Palais-Royal avec une mystérieuse attitude, Olivier cherche à en savoir plus sur Claire et découvre sa fonction. Fasciné par cette femme et les mystères qu'elle semble cacher, il va vouloir se faire embaucher au gouvernement au sein de son équipe. D'abord sceptique, Madame la Ministre va l'accueillir puis lui faire confiance. Elle va lui dévoiler ses problèmes et ils vont ensemble tenter de les résoudre.
J'ai reçu ce roman dans le cadre de la sélection du livre de poche et si j'avais eu le choix, à première vue, je ne l'aurai pas pris. Jean-Louis Debré nous invite ici dans un univers qu'il connait, celui des dessous du gouvernement. On en apprend beaucoup sur les petits secrets, sur la mise en place des pots de vin et autres « dons ». Pourtant l'écriture est pour moi molle. En effet il n'y a pas de fil conducteur convaincant comme dans les bons romans policiers et il n'y a pas non plus de personnage très attachant. Bref, une écriture banale pour une histoire plus politique que policière. Ce n'est pas un auteur (ou plutôt un style) que je chercherai à connaitre davantage.
Quand les brochets font courir les carpes
Une critique signée Aline
Inscrit le 07 septembre 2008  |   218 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans français
Aline

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar