Anamor

Que sonne l'heure

Critique de l'œuvre

Fleuve Éditions
Ce roman nous a été offert par les éditions Fleuve Éditions !
Brooklyn, 1922.
En pleine nuit, un petit garçon terrorisé entend quatre hommes pénétrer chez lui, tuer froidement sa mère, et emmener son père.
Désormais orphelin, il est confié avec sa sœur à une tante, qui les embarque pour l’Irlande. Mais avant le départ, un inconnu leur remet un mystérieux morceau de journal, griffonné de noms et de chiffres incompréhensibles, ainsi qu’une antique montre brisée qui appartenait à leur père disparu.
Des décennies plus tard, à Brighton, une vieille dame est retrouvée grièvement blessée à son domicile. Son coffre-fort a été vidé. Accouru sur place, le frère de la victime constate le vol d’œuvres d’arts et autres antiquités de grande valeur.
Mais c’est surtout la disparition d’une montre qui semble le perturber... Chargé de l’enquête, le commissaire Roy Grace réalise vite qu’il n’est pas le seul à s’intéresser de très près à cette affaire...
Peter James nous signe avec Que sonne l'heure, une nouvelle aventure du commissaire Roy Grace et de son équipe de choc.
Roy et Cleo ont désormais un fils, Noah, âgé de 2 ans. La vie n'est plus la même lorsque l'on a des enfants et entre sa vie de commissaire, très prenante, aux horaires décalés et imprévisibles et sa vie de famille, l'équilibre est souvent précaire. Peter James nous permet de voir l'évolution du personnage, ses réflexions, ses envies et besoins, sa carrière qui était toute sa vie ne l'est plus forcément autant...
L'enquête en elle-même est passionnante et prenante. Qu'il est difficile de décrocher lorsqu'on lit du Peter James. Ce dernier aime instaurer un sentiment de suspense à la fin de certains chapitres, n'offrant au lecteur que la possibilité de continuer la lecture, que le train soit arrivé en gare ou que l'heure soit tardive, il faut continuer ! Heureusement, là où les séries US demandent 1 semaine de délai entre les épisodes, le livre nous laisse la possibilité d’enchaîner la lecture d'une traite si on le désire. Il serait intéressant d'élargir les horizons géographiques des enquêtes. Dans ce tome, on aura le droit à l'Espagne et les Etats-Unis mais c'est à mon sens trop rare. Un peu plus d'internationalisation pourrait amener quelque chose de plus. Par ailleurs, je suis un peu déçu par l'épisode de son ex-femme, qui, sans en dévoiler davantage, n'apporte finalement rien, vu sa fin.
En bref, la narration est maîtrisée, le style toujours agréable et fluide. Chaque personnage est intéressant et évolue. Il devient d'ailleurs plus difficile de lire les nouveaux romans sans avoir lus les précédents.
A lire, comme les précédents !
Que sonne l'heure
Une critique signée Nicolas
Inscrit le 11 mai 2008  |   264 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Nicolas

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar