Anamor

Rose

Critique de l'œuvre

France, milieu du XIXème siècle. Rose Bazelet est une vieille dame qui, jusque là, mène une vie tranquille entre thé, lecture et sortie au jardin du Luxembourg. Cependant rien ne va plus lorsque le préfet Haussmann décide de détruire de nombreux quartiers (dont le sien) pour construire ses désormais célèbres avenues. C'est donc la maison mais surtout toute la vie de Rose qui va partir aux oubliettes. Ce petit bout de femme va mener un combat acharné pour sauver la demeure familiale qui cache un très lourd secret.
On retrouve ici la plume particulière de Tatiana de Rosnay. Elle nous offre une fois de plus de nombreuses descriptions détaillées et documentées mais qui semblent parfois trop longues et inutiles. Point positif tout de même, les descriptions de l'époque nous permettent d'en connaitre plus sur la vie avant et pendant les travaux d'Haussmann. On se rend mieux compte du bouleversement qu'ils ont impliqué.
Ce roman arrive tout de même à nous toucher grâce au choix du personnage principal. On ne peut rester insensible devant cette vieille dame pleine de conviction, qui ne semble pas vouloir tourner la page et terminer sa vie dans un endroit plus paisible.
Il est bon de souligner l'originalité de cette oeuvre, c'est à un roman épistolaire que nous avons à faire. La correspondance se fait à sens unique. En effet, Rose revient vers son passé en écrivant à son défunt mari ; elle nous livre ainsi leur vie commune et en profite pour se libérer d'un douloureux secret. Secret qui d'ailleurs s'avère tombé de nulle part et n'apporte que très peu de choses (voire rien du tout) à la narration.
Un roman qui n'arrive malheureusement pas à la cheville d'un précédent roman de cette auteure, à savoir "Elle s’appelait Sarah", dommage.
Rose
Une critique signée Aline
Inscrit le 07 septembre 2008  |   218 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans français
Aline

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar