Anamor

Sans laisser d'adresse

Critique de l'œuvre

Alors qu'il n'a pas eu de ses nouvelles depuis plusieurs années, Myron Bolitar reçoit un appel de Terese Collins, avec qui il a eu autrefois une aventure courte mais torride.
Celle-ci lui demande de la rejoindre, toutes affaires cessantes, à Paris. Elle a besoin d'aide. Après quelques hésitations, Myron prend l'avion, et se retrouve mêlé à une histoire de meurtre. Mais si l'affaire paraît simple au départ, on s'aperçoit rapidement qu'elle a des ramifications multiples dans le passé des personnages, un débat scientifico-éthique, et même un réseau terroriste international...
Les habitués d'Harlan Coben retrouveront ici avec plaisir son personnage fétiche (Myron Bolitar), dont personnellement j'adore l'humour et la personnalité. Pour les autres, c'est l'occasion de le découvrir (il n'est pas nécessaire d'avoir lu les histoires précédentes de Myron pour profiter du livre). Si l'histoire paraît un peu tirée par les cheveux, le suspense est comme toujours au rendez-vous, et il est difficile de lâcher ce roman tant on est pris dedans.
Au final, un Harlan Coben comme on les aime : de l'action, de l'amour, de l'humour et une intrigue prenante et originale.
Sans laisser d'adresse
Une critique signée Chantal
Inscrit le 06 juin 2010  |   95 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans français
Chantal

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar