Anamor

Sauve qui peut la vie

Critique de l'œuvre

Grand Prix des Lectrices de ELLE 2016
Ce roman fait partie du Grand Prix des Lectrices de ELLE 2016 !
Voici un ouvrage qu’il est extrêmement difficile de résumer. Difficile même de dire de quoi il parle en fait, tellement il y a de sujets abordés.
On commence par une partie autobiographique sur l’auteur et sa famille bien sûr, mais également sur le suicide (sa mère et sa sœur s’étant suicidées).
Puis une réflexion sur l’exil, l’immigration, le changement de nom.
Ma première impression sur ce livre pourra paraître très prétentieuse : j’ai trouvé ça brouillon et confus.
Il y a trop de noms, trop de références, on s’y perd...
Même les 100 premières pages, qui parlent surtout de la famille de l’auteur, ne m’ont pas passionnée : on a l’impression de lire un « devoir » d’histoire (comprenez une dissertation ou un commentaire de texte) avec une suite de noms, de lieux, de dates.
Il n’y a aucune émotion, c’est froid, scolaire.
Je n’ai pas réussi à m’intéresser aux personnes, à m’inquiéter pour elles. On ne « connaît » pas assez les personnes, ce sont juste des noms qui passent dans le récit.
D’un autre côté, ce n’est pas un roman autobiographique, mais un essai, une suite de réflexions sur différents thèmes (le suicide, le fait d’être juif, la shoah, l’immigration, le fait de changer de nom).
Bref, il y a là énormément de choses abordées (certaines approfondies dans d’autres livres de l’auteur qui fait parfois son autopromotion), peut-être trop pour que je puisse m’y retrouver.
Sans doute, certainement même, n’ai-je pas les bases requises, les références pour apprécier à sa juste valeur cet ouvrage, qui, s’il est intéressant, n’est, à mon avis, pas accessible à tous.
Prix Médicis Essai 2015.
Sauve qui peut la vie
Une critique signée Nath56
Inscrit le 27 octobre 2014  |   151 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Romans étrangers, Romans français
Nath56

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar