Anamor

Suite rouge

Critique de l'œuvre

Télémaque
Ce roman nous a été offert par les éditions Télémaque !
José et Glinka sont deux adolescents normaux... enfin presque. Eux sont des monstres. Surtout Glinka qui emmène José et quelques autres adolescents dans diverses activités illégales ; s'adonnant au viol, subissant l'alcool et les drogues. Lorsque Glinka donne un ami en pâture à des porcs, José sature, et monte ses amis contre Glinka, allant jusqu'à provoquer un “accident” qui lui sera mortel.
Vingt ans après, José a eu deux filles et vit avec Maria une ancienne connaissance de Glinka. Mais les choses ne sont jamais simples et d'étranges évènements surviennent : un oiseau mort trouvé dans la piscine, deux chats coupés en deux retrouvés juste devant la porte de la maison, une maison au fond d'un bois, isolée. La psychose s'empare de José qui très rapidement ne croit plus en la mort de Glinka. L'anxiété et la paranoia se sont installées ; il va falloir solder les comptes...
François Boulay a voulu créer une atmosphère étouffante, dans une sorte de huis clos : une maison, au fond d'une forêt, totalement seule. Les voisins sont étranges, les enfants de José aussi. Malheureusement le début de l'histoire mélange flashbacks et moments présents de façon assez brouillonne. La conséquence première est que l'on passe plus de temps à saisir l'instant temporel qu'a éprouver de la peur.
Par ailleurs François tente d'ouvrir plusieurs brèches possibles pour expliquer la cause des évènements, ancien ami mort, voisins étranges, fille somnambule voire possédée... L'effet n'est pas garanti mais on se surprend à engloutir les pages pour en connaître le dénouement qui sera autant inattendu qu'inefficace (peu réaliste).
Suite rouge est, entre guillemets, la suite de Traces mais avoir lu le premier n'est pas une obligation pour la lecture de celui-ci.
Un thriller moyen que l'on oubliera vite.
Suite rouge
Une critique signée Nicolas
Inscrit le 11 mai 2008  |   264 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Nicolas

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar