Anamor

Thérèse Raquin

Critique de l'œuvre

Thérèse Raquin, née d'un père militaire et d'une mère algérienne, est recueillie et élevée par sa tante après la mort de sa mère. Elle grandit dans la maladie de son cousin, Camille, un enfant chétif et très fragile.
Devenus adultes, madame Raquin décide de marier Camille et Thérèse. Or, même si elle semble forte aux yeux de sa famille, Thérèse est dégoûtée et écœurée par Camille. Elle accepte cependant le mariage, n'osant refuser de satisfaire le désir de la femme qui l'a nourrie.
Les jeunes mariés décident d'acquérir une boutique de mercerie à Paris. Thérèse travaille avec sa tante, et Camille trouve un emploi dans une grande administration.
Un jour, le jeune homme rencontre Laurent, un ami d'enfance qu'il s'empresse d'amener à la boutique et de présenter à sa femme. C'est alors que Thérèse entame une relation extraconjugale avec Laurent. Camille devient, aux yeux des amants, un poids dont il faut se débarrasser…
Emile Zola nous livre ici une étude sur la vie -ou plutôt la survie- des petits commerces, sur l'adultère qui peut parfois engendrer des situations extrêmes et impossibles et sur la vie parisienne.
Comme toujours, le vocabulaire est très riche, les personnages sont humanisés et les décors sont tellement bien décrits que le lecteur fait partie intégrante de l'histoire.
Même si cette œuvre n'est pas un volet de la collection des Rougon-Macquart, nous retrouvons le style naturaliste de l'auteur, déjà bien présent pour son troisième roman.
Dans ce livre, il y a deux éléments remarquablement présents : l'adultère avec ses mensonges, ses trahisons, ses secrets, ses plaisirs et la culpabilité avec les remords, les doutes, les incertitudes.
Un soupçon de la plume d'Emile Zola :
« Le ravage qui se fit dans son cœur fut plus terrible encore. Elle sentit en elle un écroulement qui la brisa. »
Thérèse Raquin
Une critique signée Luc-Antoine
Inscrit le 07 septembre 2012  |   58 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans français
Luc-Antoine

Vous avez aimé cet article, vous devriez également apprécier

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar