Anamor

Un coupable trop parfait

Critique de l'œuvre

Un soir, après une journée de travail, Keely retrouve le cadavre de Richard, son mari. Celui-ci s’est suicidé. Dylan, alors âgé de 9 ans, est traumatisé par la mort de son père dont il a découvert le corps.
Quatre ans plus tard, Keely a refait sa vie avec Mark Weaver, un avocat qui a défendu ses intérêts peu après la mort de Richard. Ensemble, ils ont eu une fille, Abby.
Keely avait réussi à remonter la pente et à retrouver le bonheur, jusqu’au jour où Mark est retrouvé mort dans la piscine.
Très vite, les soupçons des enquêteurs et du procureur se portent sur Dylan. Pourtant, celui-ci affirme qu’il est innocent. Malheureusement, sans alibi et avec des éléments contre lui, Dylan est le coupable idéal.
Keely se lance alors dans un combat pour prouver l’innocence de son fils.
Patricia MacDonald nous offre ici un polar à couper le souffle. Certes, le personnage principal n’est pas policier ni détective, et nous ne suivons pas l’enquête menée par le procureur, mais à chaque fois que nous trouvons la solution d’un mystère, un autre apparaît.
Les émotions et les sensations des personnages sont bien décrites. Les décors sont présents au second plan, sauf pour les scènes de crime.
Bien que le début de l’histoire soit un peu lent, le rythme des péripéties s’accélère et devient intense. C’est une course contre la montre pour Keely qui doit prouver l’innocence de Dylan pour enfin avoir la paix et réaliser son deuil.
La fin est surprenante, et même renversante ! L’auteur a même cru bon de laisser des questions sans réponse qui resteront en suspens dans la tête de ses lecteurs...
Un coupable trop parfait
Une critique signée Luc-Antoine
Inscrit le 07 septembre 2012  |   58 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans français
Luc-Antoine

Vous avez aimé cet article, vous devriez également apprécier

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar