Anamor

Un monde sans fin

Critique de l'œuvre

Fort de son succès mondial avec « Les piliers de la terre », Ken Follett nous revient avec une simili-suite : « Un monde sans fin ». L'auteur nous replace dans un environnement connu, puisque l'histoire se déroule une fois de plus à Kingsbridge, deux siècles plus tard, avec les petits-enfants de ceux qui ont fait l'épopée du premier roman.
La comparaison avec Les piliers de la terre est alors plus que facile à réaliser. D'autant plus que la trame n'a pas évolué. Les personnages sont calqués et les parallèles entre eux se font naturellement. Le lecteur aura l'impression de se retrouver là avec une sorte de copié/collé et pourrait aisément se sentir lésé.
La forme est donc la même, mais le fond est différent. Les piliers de la terre nous livrait une fresque médiévale axé sur l'architecture gothique. Un monde sans fin nous fait découvrir la médecine expérimentale où le principal ennemi n'est autre que la peste. Les personnages, quant à eux, sont peu complexes à cerner mais restent néanmoins attachants. Nous suivons leur vie 40 ans durant avec un aspect érotique plus prononcé.
L'environnement, les exactitudes historiques, la passion des personnages et les enjeux politico-économiques sont décrits avec une telle intensité que les 1.400 pages qui nous sont offertes sont dévorées en quelques jours. Quelques petites longueurs à signaler lors d'un passage en France ainsi que dans les 200 dernières pages, mais le pari est réussi. L'enjeu pour Ken Follett était de taille. La barre avait était placée très haute et même s'il ne l'atteint pas, il s'en approche assez pour nous empêcher de fermer le livre avant la fin.
Un monde sans fin
Une critique signée Rémi
Inscrit le 02 juillet 2010  |   65 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Rémi

Le coin des internautes

Moyenne des notes :   (1)
0
0
1
0
0
 
Pas encore d'avatar

Plexus

Je lui ai préféré son prédécesseur Les Piliers de la Terre. Ce roman n'est pas mauvais et même plutôt plaisant, mais ne m'a pas entièrement transportée dans son univers.
L'époque a changé : adieu mon XIIe siècle adoré, place au XIVe que j'apprécie moins.
Les personnages, si attachants dans les Piliers de la Terre, me paraissent plutôt fades, voire carrément antipathiques et agaçants pour certains. Je ne me suis identifiée dans aucun d'entre eux et n'ai pas trouvé "mon" héros (et j'aime les héros moi !!).
Enfin la trame m'a paru moins passionnante, mais m'a tout de même donnée envie de continuer jusqu'à la fin. Si j'ai trouvé le début pénible, je dois avouer que j'ai tout de même rapidement lu ce livre, et que le dernier tiers m'a beaucoup plu !
Quelques bémols donc, mais tout de même assez divertissant ;)


Plexus - 26 février 2013 -