Anamor

Une heure avant minuit

Critique de l'œuvre

Belfond
Ce roman nous a été offert par les éditions Belfond !
À Anvers, Amsterdam et Berlin, au début des années 1930
Les parents de Gittel, douze ans, se disputent souvent, de préférence les jours de fête. Toute la famille vit à La Haye mais quand les murs tremblent, la mère de Gittel prend sa fille sous le bras et rentre chez sa mère à Anvers. Ce qui embête bien la petite car elle doit ensuite rattraper son retard à l'école et ses leçons de piano. Et que ces aller-retours constants l'éloignent aussi de sa meilleure amie Milli.
Pourtant, Gittel aime aussi revoir sa ville natale, la maison de sa grand-mère et la vieille bonne, la fidèle Rosalba. Et puis, elle se fait de nouveaux amis, dont Lucie, une célibataire de 29 ans qui l'invite à venir jouer du piano sur le beau Steinway de son père, et Gabriel, un beau garçon qui travaille pour le père de Lucie.
Mais à peine le temps de savourer cette nouvelle vie que son schlemiel de père voit ses affaires à nouveau péricliter. Et toute la famille de partir pour Berlin, de perdre encore une fortune, de rentrer à La Haye, puis à Anvers, suite à une énième dispute.
En une année, Gittel va grandir d'un coup, gagnant en maturité, perdant en insouciance. Et pendant ce temps, l'Allemagne se prépare à annexer les Flandres...
Ida Simons nous livre ici son seul et unique roman, elle est en effet décédée à peine un an seulement après la parution de celui-ci. C'est grâce à l'une de ses héritières que le roman réapparaît de nos jours. Cet ouvrage m'a laissé sceptique. J'ai été prise par le côté autobiographique de la chose. A travers l'histoire de Gittel, c'est en effet sa propre histoire qu'elle nous livre. Mais celle-ci est plutôt compliquée et c'est le moins que l'on puisse dire !
Le temps, les personnages et les lieux défilent en effet très rapidement ce qui n'aide pas à s'ancrer dans l'histoire et donc à s'attacher aux personnages. Je dois avouer plusieurs fois ne plus avoir su qui était qui. Néanmoins, le trio Lucie-Gabriel-Gittel est agréable à suivre et déroutant (le dénouement ne peut que vous surprendre !). J'ai aussi apprécié la période dans laquelle est basée la narration (l'entre-deux guerres). Bref, un roman assez mitigé. Il aurait été bon de lire d'autres livres de l'auteur pour réellement se faire un avis sur cette plume, dommage...
Une heure avant minuit
Une critique signée Aline
Inscrit le 07 septembre 2008  |   218 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans français
Aline

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar