Anamor

Une proie trop facile

Critique de l'œuvre

Grand Prix des Lectrices de ELLE 2016
Ce roman fait partie du Grand Prix des Lectrices de ELLE 2016 !
Ayant lu ici et là qu’il ne s’agissait pas vraiment d’un roman policier, j’ai été surprise de constater qu’il y avait bien un délit initial (une plainte pour viol), une enquête et un enquêteur (même s’il est avocat et réserviste de l’armée et pas policier).
Étant donné que l’histoire se déroule autour l’enquêteur qui cherche à savoir si le délit a bien eu lieu ou non et qu’il mène des interrogatoires et une enquête, je pense qu’on dire que c’est bel et bien un roman policier !
L’histoire initiale est très simple : une jeune fille, Almog, porte plainte pour viol contre un brillant officier, un capitaine des parachutistes très apprécié de tous. L’enquête est confiée à un avocat, réserviste de l’armée (l’histoire se passe en Israël) qui doit donc déterminer si ce viol a bien eu lieu ou non. Mais de nombreuses personnes, dont certaines « haut placées », aimeraient bien voir cette enquête classée sans suite...
L’enquêteur, un avocat un peu paumé, un peu mou, dont on a du mal à savoir ce qu’il veut, est parfois un peu agaçant.
L’intérêt de cette histoire, pour moi, est qu’elle se passe en Israël et qu’elle permet de « sentir » un peu l’ambiance de ce pays pas tout à fait comme les autres.
Un polar qui se lit facilement, sans déplaisir, mais dont certains passages (mal traduits ?) m’ont laissé perplexe. La fin, un peu trop facile, ne m’a pas franchement convaincue non plus.
Un extrait : « J’étais enterré depuis un an et demi dans un bureau mal éclairé et déprimant. Comme je l’avais loué meublé, je n’avais récupéré que du mobilier sombre et massif. A la signature du bail, le propriétaire m’avait fièrement raconté qu’avant moi, il avait gardé un comptable de quarante-cinq ans dans ses murs, le plus sérieux des hommes, qui n’était parti que pour cause de retraite. Il était tellement sérieux, avait-il ajouté sans cacher son admiration, qu’il allait jusqu’à se faire apporter son déjeuner sur sa table de travail, pour ne pas perdre une minute. »
Une proie trop facile
Une critique signée Nath56
Inscrit le 27 octobre 2014  |   151 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Romans étrangers, Romans français
Nath56

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar