Anamor

Une si douce fureur

Critique de l'œuvre

La jeunesse, le bon vieux temps laisse forcément derrière soi de nombreux souvenirs. C'est ici le cas de notre narrateur qui a passé une semaine magique avec Valentine. Une de ces semaines que l'on n'oublie pas et cela même lorsqu'on est en couple avec une autre. Ainsi quand la vie prend un nouveau départ et que par la force des choses on se retrouve seul, c'est vers ce souvenir que l'on se tourne en espérant croiser cette folle passion au coin de la rue. Le hasard fait parfois bien les choses mais il ne faut pas toujours compter sur lui, la preuve avec ce roman.
Un roman à l'allure d'autobiographie puisqu'on se doute que Christian Authier se cache derrière le narrateur pour nous faire part de son passé. Ce livre est court mais largement suffisant puisqu'il n'y a pas énormément de choses à rajouter lorsqu'un pan de notre histoire se tourne. Les pages sont remplies de moments de bonheur mais aussi de mélancolie.
L'histoire en plus d'être actuelle (l'amour et les nouvelles technologies sont évoqués), est légère. On y retrouve l'amour des mots (par l'évocation de nombreux romans, du monde de l'édition, etc.), l'amour des gens bref l'amour tout court ! Pourtant ce roman ne marque pas, on le lit avec plaisir mais on l'oublie dans la foulée.
Une si douce fureur
Une critique signée Aline
Inscrit le 07 septembre 2008  |   218 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans français
Aline

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar