Anamor

Vertige

Critique de l'œuvre

Fleuve Éditions
Ce roman nous a été offert par les éditions Fleuve Éditions !
Un homme se réveille au fin fond d'un gouffre, il s'appelle Jonathan Touvier. Entouré de glace et de stalagmites, il a froid. Un chaine entrave son poignet, limitant ses mouvements et son champ d'action. Mais il n'est pas seul. A côté de lui, Farid, un jeune arabe, est enchaîné à la cheville, Michel, lui, est libre de ses mouvements mais sa tête est enfermée dans un masque de fer qui explosera s'il s'éloigne des deux autres et enfin son fidèle chien qui ne le quitte jamais. Les ressources mises à leur disposition sont très faibles, quelques oranges, des cigarettes, deux bouteilles de vodka, un réchaud et des bonbonnes de gaz. Les pires conditions sont réunies pour une survie précaire. Mais la question que se pose nos trois amis reste la suivante : Pourquoi ? Pourquoi les a-t-on enfermés ensemble ? Quel lien les réunit ? Vont-ils survivre ensemble ou faire cavalier seul ? Dans de telles conditions, garder son calme et réfléchir posément ne sont pas toujours évidents.
Après La forêt des ombres, écrit en 2006, Franck Thilliez signe avec Vertige son deuxième huis clos, encore plus oppressant que le premier puisqu'il se déroule uniquement dans un gouffre de petite taille. D'ailleurs il faut un certain temps au lecteur pour s'habituer au fait qu'on ne reverra pas la lumière avant la fin du roman. Troublant et un peu désagréable au début, génial par la suite.
Pas de courses poursuites ni de visites touristiques, fini les analyses scientifiques rigoureuses, dans Vertige, Franck Thilliez analyse l'âme humaine et la pousse dans ses derniers retranchements. Jusqu'où les hommes sont-ils capables d'aller pour survivre. Quels liens des hommes qui se rencontrent pour la première fois peuvent-ils tisser en si peu de temps, dans des conditions extrêmes. La peur est la mère de tous les maux, le cerveau ne réagit plus bien et aux portes de la mort, on se méfie de tout.
Thilliez nous offre un roman de grande qualité. La narration est vive et rythmée. Les personnages sont fouillés et bien construits, le huis clos servant idéalement à la découverte des uns et des autres.
La trame est bien ficelée, complexe et la frustration nous gagne en même temps que les protagonistes du roman. Le lecteur veut connaitre la vérité de cet enfermement, avoir enfin la réponse au pourquoi. Et même si certaines issues sont assez faciles à deviner, la fin réserve quelques surprises et la chute est intéressante. Jusqu'au bout Thilliez saura jouer avec nos nerfs et saura nous manipuler...
Si vous n'avez pas peur du dégoût, des conditions extrêmes, je ne peux que vous conseiller de lire ce roman la nuit, bien au chaud avec un temps désastreux dehors. Frissons et mise en situation garantis.
A noter, en début de chaque chapitre, des extraits fictifs de romans, de lettres, de journaux qui bien que pas indispensables à la lecture ne sont pas désagréables à lire.
Avec Vertige, Franck Thilliez signe un dixième roman mature et haletant, confortant sa place des auteurs de thrillers un peu “gores” à talents.
Vertige
Une critique signée Nicolas
Inscrit le 11 mai 2008  |   264 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Nicolas

Vous avez aimé cet article, vous devriez également apprécier

Le coin des internautes

Moyenne des notes :   (4)
1
2
0
1
0
 
Pas encore d'avatar

Pas encore d'avatar

Très bon roman, il laisse hors d'haleine la fin n'est pas décevante pour ma part il suffit de le comprendre.


Lulu44 - 02 novembre 2013 -

Pas encore d'avatar

bah moi j'ai été deçu, j'adore cet auteur et le recommande à qui veux m'entendre, mais Vertiges bof


Ziggy - 01 octobre 2012 -

Pas encore d'avatar

Je viens de lire le bouquin et franchement je l'ai trouvé super.
Super dans l'intrigue, super dans l'écriture.
Un petit bémol toutefois : la fin...
peut être aussi parce que je m'attendais à quelque chose qui puisse me faire dormir tranquillement en me disant : tout ca c'est fini... ce n'était qu'un livre... qu'une histoire.
Non, même fini, je cogite encore.
Vivement le prochain.


Patoche - 21 septembre 2012 -

Pas encore d'avatar

C'est tout à fait Saw. Je l'ai lu en une soirée et si certains détails diffèrent on est complètement dans l'esprit de Saw. Ca se lit bien et effectivement il est difficile de lâcher le livre. Mais ça manque quand même de créativité et la fin me semble assez bizarre voire incompréhensible. Soit je suis allé chercher trop loin et dans ce cas là ça ne tient pas debout, soit c'est tout bête mais dans ce cas là il n'y a aucun intérêt.
Mon impression générale reste très bonne car le livre est très agréable à lire.


Duc - 05 janvier 2012 -